Le point beauté de la semaine : La transition vers un shampoing bio

Publié le 16/04/2020

Chèr(e)s Queens et Kings Bees, je sais que c’était long d’attendre mais ça y est, il est là ! C’est l’heure de notre point beauté de la semaine ! Et cette semaine c’est le shampoing bio qui est à l’honneur!

visuel point beauté de la semaine transition vers le shampoing bio

Cette semaine, j’ai décidé de vous parler de moi ! NON NE FERMEZ PAS LA PAGE… J’ai décidé de vous parler d’une expérience capillaire quelque peu déroutante pour toute personne qui, comme moi, considère le lavage de cheveux comme un rituel sacré, suivant des étapes scrupuleusement orchestrées, depuis des générations, au son de quelques chansons de Céline Dion, en vocalisant sous l’eau brûlante pendant une bonne dizaine de minutes COMMENT ÇA Y’A PLUS D’EAU CHAUDE ?!

Bref, j’aimerai aujourd’hui vous parler de mon expérience de TRANSITION VERS UN SHAMPOING BIO… Ça n’a l’air de rien comme cela, mais celles et ceux qui ont franchi le pas sauront de quoi je parle.

Une transition obligatoire mais difficile!

Ce n’est plus à prouver, la planète étouffe et notre environnement est plus que jamais en danger. Alors chaque geste compte, et cela passe aussi par ce que l’on rejette dans l’eau de la douche.

Ma première tentative avec un shampoing bio remonte donc à quelques années déjà. Lorsque j’ai pris conscience de la responsabilité que j’avais envers mon propre corps mais aussi mon environnement et que j’ai commencé à rejeter l’utilisation de produits chimiques nocifs. Si le passage vers des produits cosmétiques naturels et bio s’est fait plutôt rapidement et comme une évidence, pour les cheveux, ce fut une toute autre histoire.

ÇA. NE. MOUSSE. PAS ! EST-CE QUE ÇA LAVE AU MOINS ? L’ODEUR DU SHAMPOING ME MANQUE !

La première fois que j’applique, déterminée, un shampoing bio acheté dans une grande surface, je déchante quasi instantanément. La texture d’abord me déplaît, le liquide ne mousse pas (et on est d’accord, psychologiquement, pour que ça lave, on veut que ça mousse, non ?!) Au final, j’apprends sur santemagazine qu’il ne faut « pas se formaliser d’un produit lavant avec peu de mousse, cette dernière n’est pas un critère d’efficacité. « Moins le produit mousse et plus il est doux pour la peau. » Le parfum ensuite, trop « plantes vertes » ne me satisfait pas non plus. Et le plus dur enfin, c’est la texture de mes cheveux après, qui finit d’achever mes espoirs de transition vers un shampoing naturel.

Désagréable, c’est le mot qui qualifiera cette tentative aussi brève que décevante.

Je repasse donc à mon shampoing traditionnel aussitôt, ce shampoing qui me donne l’impression d’être en soirée mousse à Ibiza en 2 minutes chrono, ce shampoing qui me donne l’impression d’avoir les cheveux doux comme du velours, ce shampoing qui laisse une douce odeur de parfum bien synthétique dans ma chevelure, ce shampoing qui laisse une couche de produits sur mes cheveux pour me donner cette sensation de glissement au passage de la brosse, ce shampoing dont les composés chimiques étouffent mon cuir chevelu, ce shampoing qui file dans le siphon de la douche avec l’eau qui sera ensuite rejetée dans la nature, ce shampoing qui POLLUE mon corps et ma planète.

Comme vous pouvez le comprendre, je n’ai pas pu m’accorder plus longtemps avec ma conscience.

Comme précisé dans un article de L’Obs « Plus le shampoing offre une texture épaisse et enveloppante, plus le risque est élevé qu’il contienne des substances chimiques ». Et j’ai donc du choisir entre changer mon rituel et mes attentes et continuer de mettre en danger ma santé et ma planète. Alors qu’aujourd’hui plus que jamais, on ne peut plus se payer le luxe de conserver des habitudes de consommation néfastes, j’ai tenté de me rabibocher avec le shampoing bio qui m’avait tant déçu et je peux vous dire que RIEN DE RIEN, NON, JE NE REGRETTE RIEN !

**voix d’Edith Piaf obligatoire à la lecture de cette dernière phrase**

femme se lavant les cheveux sous la douche avec un shampoing bio

Je ne regrette rien puisque non seulement mon cheveux s’est progressivement habitué à ce changement de formule. Leur texture après la douche a changé, je n’ai plus ressenti ce manque d’une texture « velours »

Et surtout, l’évolution de ces gammes de produits a été telle que les compositions d’aujourd’hui sont BLUFFANTES! Après avoir compris qu’il fallait fait un premier shampoing, puis en refaire un derrière: BINGO!

Ça mousse, ça sent bon, ça laisse le cheveux soyeux et tout cela avec des composants NA-TU-RELS!

Alors, si vous aussi, vous avez eu une mauvaise expérience par le passé avec ce genre de produits lavants naturels mes trois conseils sont les suivants : Persistez (vous allez vous habituer), faites deux shampoings à la suite (le deuxième sera plus moussant) et testez les nouvelles formules; par exemple celle du shampoing doux Folies Royales (je dis ça, je dis rien), vous ne serez pas déçu(e)s ! Et racontez-nous!

En attendant, je vous remercie de m’avoir lu et vous souhaite de belles expériences capillaires pendant ce confinement (je parle de shampoing et soin hein… on REPOSE ces ciseaux de suite!!!)

A bientôt!

Jess, votre conseillère beauté du moment

Articles précédents : L’eau Florale // La Routine bio et naturelle

Article suivant : La routine réparatrice post-confinement

N’hésitez pas à consulter les fiches produits pour plus d’informations sur leur composition ! Et, si vous avez des questions, ou des astuces à partager, n’hésitez pas à me les envoyer à contact@folies-royales.fr