Les bienfaits du miel pour votre peau

Les bienfaits du miel pour la peau

A travers Folies Royales, nous réunissons science et intelligence des abeilles pour créer une cosmétique engagée et 100% française. Au carrefour, de la recherche et l'utilisation ancestrale, le miel a depuis toujours fasciné l'Etre Humain qui l'a très tôt employé pour se soigner et prendre soin de lui.
Les dernières découvertes scientifiques n'ont fait que confirmer cet instinct et attestent que l'Homme ne s'était pas trompé.


Le miel pour la peau : une révolution scientifique…et cosmétique

C'est en 2012 que nous avons découvert la portée des recherches du Professeur DESCOTTES du CHU de limoges : durant plus de 25 années Bernard DESCOTTES a étudié les effets des miels de thym et de lavande sur la peau. Il a notamment démontré que le miel présentait des propriétés exceptionnelles de protection et de régénération de l’épiderme et l’a qualifié de « véritable booster des cellules de la peau ».
Ces résultats constituent une révolution : les essais cliniques, réalisés en « double aveugle* », ont permis de prouver que le processus de régénération de la peau était deux fois plus rapide avec du miel de thym qu’avec les autres dispositifs médicaux, issus de la chimie de synthèse, reconnus et habituellement utilisés.
Ces recherches, mises en pratique dans le milieu hospitalier, ont notamment permis au CHU de Limoges de traiter plus de 3000 patients, présentant des lésions de la peau et d’assurer une régénération optimale de l’épiderme. Aujourd’hui de nombreux autres centres hospitaliers, comme les CHU Pompidou de Paris, de Bordeaux, Montpellier, Saint Brieuc ou Nîmes, ont choisi d’utiliser le miel de thym, pour la cicatrisation de la peau. Les études continuent puisqu'il reste par ailleurs en essai clinique dans plusieurs dizaines d'établissements en France.

* Essai en double aveugle : de façon à ce que personne ne soit influencé, dans essai en double aveugle ni le prescripteur ni le patient ne savent s'il leur a été proposé le principe actif, un autre traitement de référence ou un placebo.

Alvéoles d'abeilles

cellule d'abeilles


Facétie de la nature : la structure hexagonale des alvéoles d'abeilles, appelées aussi "cellules" lorsque la reine y dépose un œuf, ressemblent parfaitement à celle des cellules de notre peau.

Abeille sur fleurs de thym

Ruches sur thym

Pourquoi le miel de thym ?

Le miel est un trésor pour la peau et tous les miels offrent de précieuses propriétés pour l’épiderme. Cependant, les études du Professeur DESCOTTES (CHU de Limoges) ont mis en avant un très net avantage pour le miel de thym.

Le pouvoir du miel de thym ne réside pas dans une seule molécule ou propriété, mais dans un ensemble complexe de composés faisant intervenir des mécanismes variés et agissants en synergie. Mécanismes qui ne sont d’ailleurs pas encore totalement élucidés, et ne le seront peut-être jamais tout à fait. C’est aussi cette complexité, qui rend illusoire la création d’un miel synthétique présentant des bénéfices analogues.

Nous allons décrire ici les principaux de composés présentant isolément des avantages pour la peau, mais c’est bien l’enchevêtrement des processus et les actions combinées qui font du miel de thym un trésor équilibré, comme seule la nature sait en produire. Equilibre qui ne peut que faire naître admiration et humilité.

Fortement aromatique, de couleur ambrée et onctueux le miel de thym est présenté comme l’une des variétés de miel ayant le plus de vertus.

Le thymol et le carvacrol

On retrouve dans le miel de thym de nombreux composés aromatiques de la famille phénols, mais deux d’entre eux, sont à mettre en avant : Le thymol et le carvacrol. Présentant des odeurs florales et fraîches ils apportent les propriétés antiseptiques, cicatrisantes et antibactériennes qui ont d’ailleurs fait du thym un élément majeur de la pharmacopée méditerranéenne.

Les flavonoïdes

Le miel de thym est particulièrement riche en flavonoïdes, connus pour être de puissants antioxydants. Le stress oxydant, provoque l’apparition de radicaux libres, responsables du vieillissement cutané. Les antioxydants, piègent ces molécules réactives qui s’attaquent aux cellules de notre peau.
Les flavonoïdes sont aussi particulièrement efficaces pour stimuler la synthèse du collagène qui assure l’élasticité de notre peau.
Ce sont par ailleurs ces flavonoïdes qui sont à l’origine des couleurs variés des fleurs, qui attirent les abeilles.

Les sucres et la glucose-oxydase

Les miels contiennent une multitude de sucres comme le lévulose mais aussi des variétés plus rares tels que l’isomaltose, l’isopanose, le turanose ou le néotréhalose. Mais c’est surtout la glucose-oxydase qui présente un intérêt car, dans les cellules de l'organisme, elle va permettre de transformer le sucre en métabolites, c’est-à-dire en composés directement impliqués dans les processus vitaux, tels que des acides aminés, ou des antioxydants. La glucose-oxydase est une enzyme secrétée par l’abeille. Elle n’est pas active dans le miel mais le devient au contact de la peau. Elle va notamment transformer une petite partie du sucre en un antiseptique léger, proche de l’eau oxygénée, qui aura un rôle d’antibactérien et en préservera les tissus tout en participant la multiplication des cellules.

Inhibines et Défensines

Ces protéines sont produites par l’abeille, qui l'incorpore ensuite au miel. Comme leur nom l’indique, les Inhibines inhibent la reproduction de bactéries et permettent à la peau de rester saine. Quant aux Défensines, elles ont pour rôle de renforcer le système immunitaire et de permettre à la peau de lutter efficacement contre les agressions extérieures. La Defensine-1 a été découverte en juillet 2010 par l'équipe du professeur Sebastian ZAAT du Centre Médical d'Amsterdam.

Les oligo-éléments et sels minéraux

Ce sont des nutriments purs présents en très faible quantité (moins d’un millième de gramme par kilo) mais nécessaires à la vie des organismes.
Le miel contient plusieurs dizaines d’oligo-éléments tels que le cobalt, le sélénium, le magnésium, le cuivre, le bore, le manganèse, le molybdène, le zinc, le palladium, le nickel, le zirconium, ou le potassium.
D’une manière générales, les oligo-éléments jouent le rôle de catalyseurs, c’est-à-dire que sans eux de nombreuses réactions de transformation ne peuvent avoir lieu.  Certains d’entre eux vont faire partie de la structure des vitamines comme le cobalt qui intègre la vitamine B12 utilisée pour ses bienfaits sur l’épiderme. D’autres renforcent le système immunitaire ou encore participent à la lutte contre les radicaux libres. Le sélénium présente un intérêt particulier puisque plusieurs études* semblent démontrer ses qualités pour la protection des cellules de notre peau.
Pour résumer, bien que présent en quantité infime, ils sont bien souvent au cœur des processus de notre organisme.
*Par exemple : Pouvoir antioxydant d’une forme minérale de sélénium sur des fibroblastes cutanés humains en culture, Service de dermatologie et laboratoire de biochimie du CHRU Grenoble, S. Belanger

Le PH et l’acide gluconique

Le PH est l’unité qui permet de mesurer l’acidité d’un milieu. Le miel de thym semble présenter un PH idéal pour la peau, et favoriser les processus biologiques des cellules tout en inhibant la prolifération des bactéries et les micro-infections.
On peut citer une fois de plus le rôle de la glucose-oxydase, produite par les abeilles, puisque sa réaction sur le glucose va entre autres générer l’acide gluconique. L’acide gluconique est présenté comme favorisant la production de collagène et d’élastine. Il agit aussi comme exfoliant en permettant le détachement des cellules morte et évitant aux pores de se boucher.

abeille butine

molécule de thymol

L'Abeille : le trait d'union en l'Être Humain et la Nature

La nature foisonne de molécules aux propriétés remarquables pour l’Etre Humain.
L’extraction de ces principes actifs par les procédés usuels tels que le broyage, le pressage, la macération dans des solvants, ou la distillation sont parfois destructifs pour ces molécules pleines de promesses, mais bien souvent fragiles.
L’abeille, suffisamment petite et minutieuse pour extraire directement le nectar de la plante, garantit la conservation des propriétés de ses principes actifs. Grâce à sa patience elle nous rapporte directement les principes actifs, sans qu’aucun procédé d’extraction ne les altère. On peut ici reconnaître sa supériorité sur tous les procédés, déjà remarquables, mis en place par l'Etre Humain. Et comble du raffinement, cette récolte par l'abeille ne détruit pas la plante mais, bien au contraire, lui est bénéfique puisqu’elle en permet la pollinisation et donc la reproduction et l'accroissement de la masse végétale.

Pour extraire les différents principes actifs présents dans les parties florales du thym par exemple, il suffira de placer les ruches au milieu d’une garrigue colonisée par le thym, au bon moment c’est-à-dire durant sa période de la floraison. En changeant la ruche de place et en suivant les floraisons, on va pouvoir sélectionner de façon très fine les principes actifs de différentes plantes qui nous intéressent.